Les Amis des Moulins de Régusse

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les essences utilisées

Envoyer Imprimer PDF
Les essences utilisées Lors de la restauration des moulins, les compagnons charpentiers ont recherché les différentes sortes d'essences de bois utilisées jadis ainsi que leur provenance.

Le chêne : les poutres, la charpente, la croix de la grande roue, les deux couronnes, les ailes et l'arbre principal ont été réalisés à partir de cette essence. L'arbre principal, d'une longueur de sept mètres provient de la région de Lourdes. Non pas qu'il soit béni,  mais la particularité de ces chênes est de brancher très haut, produisant ainsi des fûts très longs dépourvus de nœuds.

L'orme : Magré la maladie qui atteint cet arbre, les secteurs de la grande roue ont été réalisés dans cette essence.  Aujourd'hui, les ormes ont pratiquement disparu de France atteint par la graphiose.
(La graphiose est une maladie causée par un champignon minuscule, qui apparut durant les années 20, resta bénigne jusqu'après guerre avant de devenir un fléau dès les années 60. Au point qu'il n'existe plus en Europe Occidentale que quelques rares arbres adultes ayant mystérieusement résisté à la maladie.)

Le corbier (poirier sauvage) : Bois rougeâtre, dur et pesant, il est utilisé pour les lames de la lanterne (engrenage renvoyant la force de la grande roue vers la meule tournante).  

Le hêtre : Il a été utilisé pour créer les dents de la grande roue (les alluchons). 

Le cèdre : fin du XI début du XII siècle, on utilise le pin ou le mélèze pour la construction des toitures. Ces bois travaillant et pourrissant, on se tourna très vite vers le châtaignier . Avantage certain les insectes ne s'intéressaient pas à lui. Néanmoins ce bois travaille toujours un peu. A partir du XVII siècle, le cèdre d'Amérique est employé pour la couverture. C'est une essence qui ne casse pas, ne travaille pas, ne craint pas les insectes, c'est donc elle qui recouvre les toits de nos moulins. Au fil du temps, il devient gris  et ensuite progressivement vire vers le noir de l'ardoise.

Le pin : Cette essence a servi pour la réalisation de l'archure ( coffre qui entoure les meules), pour la trémie et l'augette qui alimentent les meules en grains.

Nos anciens utilisaient une autre essence dans la réalisation des moulins. En effet, le toit pivotant de 360° sur ces deux couronnes, il était nécessaire d'utiliser des roulements pour réduire la friction. C'est le buis, pour sa dureté, qui était alors utilisé. Lors de la restauration des nos moulins, l'acier a remplacé le buis pour sécuriser le système.

Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 16:10  

Images en vrac